Zone de Texte: Les coefficients compensateurs :

A surface égale, une miniature demande beaucoup plus de travail et de temps qu'une œuvre de grande dimension, l'effort de conception (idéation, imagination, travail intellectuel, etc.) est pratiquement le même dans les deux cas. Nous devions donc majorer les prix des miniatures (par rapport à la cote de base à la touche), et réduire ceux des grandes dimensions : c'est le rôle des coefficients compensateurs de la cotation OIAC. Ces coefficients ont été établis après de longues séries de tests d'étude. Voici comment les mettre en pratique. 

Trois solutions s'offrent à l'artiste et à toute personne intéressée.


1° solution : vous effectuez vos calculs à la main ou à la calculatrice :

Les coefficients ci-dessous vous permettent de manière simple d'obtenir une précision suffisante pour le calcul de vos prix suivant la formule :
                  <Votre cote> x <Importance de l'œuvre en Touches (surface ou volume) : nombre de touches> x <Coefficient compensateur propre au nombre de Touches> = <Prix moyen de l'œuvre en catégorie qualitative N° 1>                               



























2° solution : Vous faites vos calculs sur ordinateur : 

C'est la solution la plus rapide, la plus simple et la plus précise. Pour vous aider à programmer, ou faire programmer votre ordinateur, nous vous donnons ci-dessous des élément de calcul indispensables. Un tel logiciel permet d'établir avec une grande précision les prix de vos créations (avec les 3 groupes qualitatifs et les marges de tolérance, en parfaite conformité avec votre cotation, en francs suisses et dans la ou les monnaies de votre choix en fonction du cours du franc suisse au jour le jour.

Pour ceux qui souhaitent programmer eux-mêmes leur ordinateur, voici les formules qui permettent de déterminer avec précision les coefficients à appliquer (si S = Surface (en Dm²) ou volume de l'œuvre en Touche et E = Coefficient compensateur, E sera calculé comme suit :



















3° solution : Tous ces calculs vous ennuient ?

Alors vous nous écrivez et, pour 1 euro par format, plus une enveloppe affranchie à votre adresse, notre ordinateur fera le travail pour vous. Sur votre demande, précisez vote cote, la nature et le format de vos œuvres (pour les sculpteurs et la composition volumétrique : le prix de la matière utilisée). Si vous êtes un acheteur d'une œuvre cotée OIAC, la photocopie de votre certificat d'authenticité suffit pour tout renseignement, mais attention aux faux certificats !

Les groupes qualitatifs

Les œuvres très réussies, pour le même artiste, sont souvent considérées par lui comme une sorte « d'accident »... mais cela, il est le seul à le savoir car il est le seul à connaître le but recherché en réalisant son œuvre. Aucun "expert" ne peut les déterminer ! Ce facteur très important doit être pris en considération dans la cotation : la création de groupes qualificatifs s'impose donc ! Voici ce en quoi ils consistent et comment ils s'appliquent dans la cotation OIAC pour laisser une totale liberté à l'artiste, tout en protégeant son client et conservant un maximum de crédibilité à la cotation pour neutraliser les tentatives d'escroquerie à l'assurance.

Groupe qualitatif N° 1 :
La cotation internationale OIAC, telle qu'elle est annoncée, corresponds au prix moyen de 1 Dm2 ou 1 Dm3 (une Touche) de création artistique, d'excellente qualité, pour un artiste donné : c'est cette qualité supérieure que nous considérons comme faisant partie du "groupe qualitatif N° 1" . Son coefficient 1 n'apporte aucune modification à la cote publiée.

Un artiste classera, en moyenne 10% de sa production dans ce groupe. C'est à lui seul qu'il appartient de gérer cette qualification et de la matérialiser sur le certificat d'authenticité : en précisant le numéro du groupe qualitatif 1 sur le certificat qui accompagnera l'œuvre concernée lors d'une vente. Le prix moyen ainsi indiqué peut-être majoré ou diminué de 10%. Quel que soit le prix réel facturé au client, ce sera toujours le prix moyen de cotation qui sera pris en considération pour la valeur de l'œuvre si la vente est accompagnée d'un certificat d'authenticité faisant référence à la cotation OIAC.

Groupe qualitatif N° 2 :
Pour les œuvres de qualité moyenne, proches des précédentes (environ 20% de la production de l'artiste), de bonne qualité, qui constituent la majorité des œuvres présentées en exposition courante, le prix moyen s'obtient en multipliant le prix moyen du groupe qualitatif N° 1 par le coefficient : 0,75. La fourchette de tolérance pour le groupe qualitatif N° 2 est porté à + ou - 20%. L'ensemble de ces créations sont dites appartenir au groupe qualitatif N° 2 (à préciser sur le certificat d'authenticité).

Groupe qualitatif N° 3 :
Inférieur au groupe N° 2, le groupe N° 3 concerne les œuvres de réussite acceptable (environ 20% encore). Ces œuvres sont justes acceptables en exposition : il ne faut pas descendre en dessous de ce niveau, c'est à dire qu'un artiste sérieux s'abstient d'exposer au moins 50% de ses créations (pour un professionnel, pour un amateur, il est conseillé de ne sélectionner que 30, voire 20% de ses réalisations... bien que certains ne fassent aucun complexe à tout exposer !) Le prix moyen de ce groupe s'obtient en multipliant le prix moyen du groupe N° 1 par le coefficient : 0,45 (fourchette de tolérance : + ou - 50%.)

Pour les œuvres de qualité inférieure, mieux vaut ne jamais les exposer, faute de quoi, l'artiste s'exposerait à des critiques défavorables parfaitement justifiées... Si un artiste manque d'œuvre pour compléter une exposition, il serait préférable pour lui de faire appel à un confrère plutôt que de détruire l'harmonie d'ensemble d'un bon niveau avec des créations qui nuiraient à son renom... et à ses ventes. S'il est toujours difficile d'obtenir de bonnes critiques en perdre le fruit est toujours très facile : n'oublions jamais que ce sont rarement les meilleures œuvres qui sont les plus remarquées... si elles sont envoisinées de créations médiocres du même auteur ! Il est toujours souhaitable, pour un artiste de cherche à élever le niveau d'une exposition : le public y est toujours très sensible, ce qui ne saurait en aucun cas nuire aux ventes éventuelles.

Exemple d'incidence des groupes qualitatifs sur les prix : 
Pour simplifier la compréhension de notre mode d'application de l'indice des coefficients des "groupes qualitatifs", voici un petit exemple qui donne un aperçu de la souplesse de la mise en pratique de la cotation OIAC. Prenons un exemple simple, une œuvre qui, en prix moyen de Qualité N° 1 coterait SF : 1.000,--, son prix de vente avec certificat d'authenticité faisant référence à la cotation OIAC peut être compris dans les "fourchettes de prix" suivantes :
Groupe qualitatif N° 1 : entre SF : 1.100 et SF 900 (prix moyen : SF 1000)
Groupe qualitatif N° 2 : entre SF :    900 et SF 600 (prix moyen : SF   750)
Groupe qualitatif  N°3 : entre SF :    600 et SF 200 (Prix moyen : SF   450)


Le tableau ci-dessous situe les groupes qualitatifs :


































 Résumé :

A présent, nous connaissons toutes les procédures utilisées par l'Ordre International des Artistes Créateurs pour établir la Cotation Officielle Internationale OIAC. Si l'on considère le "chemin" parcouru depuis le départ de l'établissement de la cotation (les sélections du PRIX DE FRANCE) jusqu'à son aboutissement, il y a de quoi envoyer tout "promener" et continuer comme avant à établir des prix sans la moindre méthode... et souvent plus en rapport avec le culot ou la fortune de l'artiste qu'à son travail ou son mérite réel. Pourquoi pas... si l'on veut laisser le champ libre aux abus que nous connaissons, si l'on considère comme normal qu'un artiste de valeur vive dans la misère pour devenir célèbre après sa mort (du fait des spéculateurs). Si l'on veut aussi que des "pitres de mauvais goût" continuent à mépriser les artistes et le public... pour se voir attribués le quasi-monopole des salles d'exposition avec l'appui des administrations corrompues qui les subventionnent... en refusant obstinément la simple reconnaissance de l'existence de dizaines de milliers d'artistes qui leurs sont en tous points supérieurs : je place ici quiconque d'être en mesure de me prouver le contraire (je m'appuie ici non seulement sur les résultats du PRIX DE FRANCE, mais surtout sur le déroulement des Championnats du Monde de Maîtrise d'Art Picturale où aucun artiste "officiel" ou "gonflé" par des publicités tapageuses des médias qui leurs sont soumis, n'a été capable de franchir le cap des simples sélections !) L'OIAC dit non à ces scandales et se charge activement d'aider chacun pour que la mise en application de la cotation officielle internationale OIAC soit l'une des plus simples à appliquer, des plus faciles à respecter et des plus justes, des plus objectives quant à sa réalisation et ses conceptions : en tout cas, elle est la seule qui soit adaptable à toutes les créations (des miniatures aux tailles géantes, des œuvres exceptionnellement bien réussies à celles tout simplement acceptables), respectant ainsi l'indispensable liberté artistique des créateurs tout en restant très ferme sur le respect du public et le respect des engagements pris (refus du plagiat et des « créations » en série), éléments sans lesquels l'art n'auraient plus aucune raison d'être, lequel respect impose le certificat d'authenticité.  


			Nous considérons également que les artistes ont besoin de vivre… avant leur mort, n’en déplaise à certains !
Zone de Texte: Site d’informations sur peinture par Pierre Brayard

Rien n’est plus beau que la nature et la peinture l’immortalise… parfois !

Zone de Texte:     
Pratique de la cotation O.I.A.C.
Zone de Texte: C’est trop compliqué,
 aimez-moi !
http://www.icone-gif.com/gif/webmaster/livre-d-or-personnages/livre_personnage007.gifwebmaster gif 529Zone de Texte: Toile précédente
Zone de Texte: Toile suivante
Zone de Texte: Retour
Zone de Texte: Haut de la page
Zone de Texte: Haut de la page
Zone de Texte: Haut de la page

Nombre de Touches > Coefficient

Nombre de Touches > Coefficient

Nombre de Touches > Coefficient

                        0,1   >      6,1

                        6      >      1,2

                    150      >      0,6

                        0,2   >      5,2

                        7      >      1,15

                    175      >      0,55

                        0,3   >      4,3

                        8      >      1,1

                    200      >      0,5

                        0,4   >      3,4

                        9      >      1,05

                    220      >      0,49

                        0,5   >      2,5

              10 à 35      >      1

                    260      >      0,47

                        0,6   >      1,6

                      40      >      0,9769

                    300      >      0,45

                        0,7   >      1,5857

                      50      >      0,93

                    340      >      0,43

                        0,8   >      1,5714

                      60      >      0,8846

                    380      >      0,41

                        0,9   >      1,5571

                      70      >      0,8384

                    400      >      0,4

                        1      >      1,5428

                      80      >      0,7923

                    450      >      0,3875

                        1,5   >      1,4174

                      90      >      0,7461

                    500      >      0,375

                        2      >      1,4

                    100      >      0,7

                    600      >      0,35

                        3      >      1,35

                    110      >      0,68

                    700      >      0,298

                        4      >      1,3

                    120      >      0,66

                    800      >      0,297

                        5      >      1,25

                    130      >      0,64

                 +   > Nous contacter

Valeur de S en Touche                 Formule pour valeur de E 

               S <=          0,6

E = (7-(S*10)+S

               S <=          2

E = 1,6-((S-0,6)*(0,2/1,4))

               S <=        10

E = 1,4-((S-2)*(0,4/8))

               S <=        35

E = 1

               S <=      100

E = 1-((S-35)*(0,3/65))

               S <=      200

E = 0,7-((S-100)*(0,2/100))

               S <=      400

E = 0,5-((S-200)*(0,05/2000))

               S <=      600

E = 0,4-((S-400)*(à,05/2000))

               S  >       600

E = 0,3-((S-600)*(0,01/5000))